Archives

Archive pour août 2010

François…

Un jour de juillet, je l’attends accompagné de sa soeur… Il ya un an qu’il a pris rendez-vous mais impossible de le prendre plus tôt !!!
Ils arrivent, sérieux, je les fais s’installer face à moi et commence un long entretien pour bien cerner la demande, le vécu, la personne…
Il n’est pas compréhensible, c’est pour ça que sa soeur l’accompagne, elle me décrit l’accident, survenu plus de 30 ans plus tôt, à l’époque où il avait fini ses études d’ébéniste et où l’armée s’achevait… Il avait 19 ans… 3 mois de coma et au réveil plus de réflexes fonctionnels…
Il intervient et je ne comprends rien, sa soeur joue la traductrice… pour l’instant ! Il m’explique qu’il ne pouvait plus marcher (plus d’équilibre), plus parler… qu’il lui a fallu 6 ans de rééducation pour être autonome au niveau de la marche, sans compter les autres intervenants que l’on peut imaginer…
Ils se regardent souvent, complices, s’encensent l’un et l’autre sur le courage de l’un, la bonté de l’autre… Ca n’en finit pas mais je les écoute, je les observe, ils sont beaux tous les deux… Me parlent de leurs parents, décédés, c’est pour ça qu’il vit chez sa soeur là… depuis longtemps et pour toujours…
Il aborde ses centres d’intérêt, il lit, il marche tous les jours, il voudrait parler mieux, qu’on le comprenne….
Vient le moment de rester seule avec lui, de lui faire passer les tests requis…. Mais quel bavard ! Il n’arrête pas et je découvre derrière son handicap un homme malicieux et bien dans sa vie… Il m’annonce la couleur : « pas de monsieur, moi c’est François et on se dit « tu » ! « … Je le regarde, il a presque 20 ans de plus que moi et je ne suis pas habituée à tutoyer mes patients adultes … Ca me déstabilise mais il a cette façon de mettre à l’aise qui m’aide…. Alors je le regarde en souriant et lui dis : « d’accord je vais essayer, promis ! »… Les premiers instants j’esquive le « tu » et le « vous »… et puis tout à coup je me dis : « Non, il a une demande, il faut que tu l’entendes… »

Alors je me lance dans le « tu », vaillamment, et je vois son sourire s’élargir !!! Il le veut vraiment hein ? Il ne peut pas s’installer dans cette rééducation s’il n’y a pas cette barrière de franchie, alors d’accord, on va faire comme tu veux…

« Bien François, nous allons peut être poursuivre là ? »… il me tend la main pour que je « tope », alors je me marre et j’obéis – complice- à ce grand enfant que j’ai en face de moi !!!

Je l’ai revu ce matin, toujours aussi jovial et plaisantin à me sortir un « ben oui ma belle ! »… Lui qui peut retomber dans le coma n’importe quand, lui ont dit les médecins…

Morale de l’histoire ? Cet homme-là est fort, me touche par sa volonté sans borne, son humour et sa façon d’accepter ses séquelles… Il a 55 ans et il est heureux de vivre… Ce que je ne comprends pas quand il parle, il me l’écrit ou le répète patiemment -parfois une dizaine de fois- mais ne se lasse pas, jamais ! C’est moi qui lui tends le papier, toujours !
Il me donne une belle leçon de vie, parce qu’il est dans la vie, lui !!! Bien plus que beaucoup d’entre nous…

Alors, alors merci François, je n’ai pas fini de m’éclater en séance !!!

Vous avez dit Humain ?…………



On reste toujours l’enfant de ses parents…

Coup de fil… Je suis en train de créer mon blog… je les appelle pour prendre (et leur donner) des nouvelles… Je suis gaie, légère, je CREE et ça c’est pas rien, ça faisait si longtemps que je n’avais pas eu telle énergie, tel engouement, telle projection…
Nous parlons de la pluie, du beau temps, des activités de chacun… puis viens LA question : « Mais tu fais quoi, tu sors au moins ? », l’angoisse perce la voix… « Oui maman, je rencontre des gens en ce moment et c’est bien ! »…
Pourquoi cette question ? Parce qu’évidemment elle me sait seule, mes enfants sont chez leur père, et là, il y a peu, j’ai craqué, alors… ils sont là tous les deux, ils assument leur rôle de parents, de piliers indesctructibles…sans gémir jamais, avec cette force qui les caractérise… Ils comprennent et souffrent en silence et c’est dur de savoir qu’à mon âge je leur cause encore du tourment !
Je rencontre des gens et je n’ai pas envie de tout leur dire, je ne suis plus enfant, juste leur enfant… Alors j’écris… là, sur le blog, pour eux, parce qu’ils sont là, toujours… que je mette de la distance ou pas je sais que je peux les regarder et leur dire des choses…
Oui je veux mes jardins secrets mais je veux qu’ils sachent : en créant ce blog je me fais du bien, j’ai trouvé une raison d’être et j’en suis étourdie de légèreté…
Et puis et puis il y a ma psy, mes amis et puis aussi…
Et eux…



Of course !

Ce matin je me rends dans mon supermarché faire quelques petites courses, il est bientôt midi, je me dis qu’à cette heure là il ne devrait pas y avoir grand monde… Surprise !!! Parking bondé, je récupère un des seuls chariots qui ont survécus au cahot et m’avance courageusement vers l’entrée… Le début de mes pérégrinations commence … plutôt sans heurt. Il ya du monde c’est une évidence, mais je me faufile partout sans embûche jusqu’au premier mais attendu bouchon !!! Aïe ! En sens inverse un chariot qui veut passer entre les boîtes de cassoulet et une petite famille arrêtée en pleine méditation devant le choix du paquet de chips ! Que faire ? Ce que je fais d’habitude ! Je m’arrête, je souris et regarde la personne en face, bien dans les yeux, et laisse passer le fameux chariot… Pas un regard, pas un merci ! Bon d’accord ! Passons, roulons !!! Quelques rayons plus loin évidemment rebelote et l’histoire se répète… à l’identique ! Une demi-heure passée dans ce magasin et trois ou quatre vécus semblables… Je ne suis pas habituée à ça, vivant dans une petite ville où les gens souvent sourient et prennent le temps de ne pas foncer ! Mais là stupeur !!! Que se passe-t-il ? Que leur arrive-t-il ??? Ah je sais, la rentrée peut-être ? La frustration des vacances déjà terminées ? L’école qui reprend ? Non mais ! C’est pas une raison !!! Ce qui m’interpelle une fois de plus, c’est le manque de communication, le manque de jovialité des être humains dans notre société, l’égoïsme de chacun pour gagner quoi ? Quelques secondes, la dernière salade… Des salades justement tout ça… Et si nous commencions par nous sourire ?…



A la guerre comme à la guerre…

Encore deux morts en Afghanistan et à peine si on s’en aperçoit… Les mots coulent sur nous comme les tirs sur eux… Non je n’y avais pas accordé plus d’importance à ces mots, c’est loin l’Afgha comme ils disent !!! Loin de la France, loin de notre culture, loin de nos petites vies rangées…
Jusqu’au jour où…  » Parle-moi de ton expérience en Afgha… »… Il est assis là, à côté de moi, on avait prévu d’en discuter alors il est venu avec son ordinateur, ses souvenirs, son vécu… Le voilà qui ouvre fichiers sur fichiers (des vidéos), qui me montre les tirs, les positions critiques, qui m’explique : « Là tu vois, à cet endroit précis il fallait vraiment se méfier, on pouvait tomber sur eux… » EUX ! Les Talibans bien sûr… Au loin j’entends les tirs incessants, il me montre tout, les villages, le camp des américains, le sien, me raconte au passage quelques histoires drôles (« ben oui il fallait bien qu’on se détende alors les blagues c’était une façon parmi d’autres… »)… Je le sens qui pèse ses mots, qui contrôle sa voix… C’est pudique un militaire, ça ne se raconte pas… la guerre, ça se vit…
Il était dans la province de Kapisa, près de Tagab, un des endroits les plus exposés… Ce qu’il pense de la gestion des hommes, des moyens, des effectifs sur place il ne souhaite pas m’en parler, mais je lis dans son regard un vent de désapprobation…
Il vient de rentrer en France après 6 mois « là-bas »… Il est encore sous le choc et ça se sent, le moindre bruit le fait sursauter dit-il… C’était il y a quelques mois…
Aujourd’hui qu’en est-il ? Il vient d’apprendre qu’il y a encore deux morts à Tagab, je le sens se décomposer, et s’il les connaissait … en plus !!! Non, pas cette fois, mais qu’est-ce que ça change ? Ben oui, qu’est-ce que ça change ? Il y a quand même deux morts, 23 et 43 ans ! Deux familles en deuil… Il ne dit rien… Mais je le sens, il est remué… Normal, il a cotoyé la mort 6 mois, il l’a vue, il me l’a dit… Il y a les soldats mais il y a les civils aussi, et quand il s’agit d’enfants !!!…
Il n’oublie pas, lui …
Alors, pensons-y …



La rentrée

La fin des vacances approche avec son lot d’échanges, d’effervescence, de stress (eh oui déjà)…
Ce moment a toujours été un moment spécial… Enfant il signifiait les beaux cahiers, les cartables, les stylos, les nouveaux habits achetés mais qu’il fallait réserver pour le jour J, la découverte de l’enseignant, de la classe, et retrouver les copains !!!
Ce moment était magique, difficile de s’endormir la veille du fameux jour alors que TOUT CA allait nous arriver… Maman, papa mais enfin vous ne comprenez pas ? Et vous, où est-elle votre excitation, votre bonheur de retrouver vos collègues, vos bureaux, vos élèves, vos papiers, vos patients, vos clients ? …
Pourquoi entend-on à tout bout de champ  » Ah ! C’était bien les vacances !!! Ca passe toujours trop vite !!! » Sommes-nous à ce point aveugles du privilège d’ »avoir » un travail que nous ne sommes plus capables de nous en réjouir ? Bien sûr j’entends déjà les protestations des passionnés qui ne s’empêcheront pas de dire qu’ils aiment leur métier… Oui, ça existe ce genre de trublion, heureusement !!! Mais hélas, ce n’est pas très courant…
Et puis la rentrée, c’est gérer les enfants, celui qui entre au collège pendant que l’aîné va préparer le bac et que le petit dernier ne pense qu’à faire le pitre… Amener l’un chez le prof de musique pendant que l’autre enchaînera natation et rugby, superviser les devoirs du benjamin en secouant le grand – il n’y a pas que les copains, les mp4, msn et les portables dans la vie mon fils, le bac ça te dit quelque chose, et que vas-tu faire plus tard hein ? Et c’est quoi cette façon de s’habiller ? – tout en rassurant le cadet qui tremble comme un enfant à l’idée de se perdre dans l’établissement tout en insistant lourdement pour que vous ne lui fassiez pas la bise DEVANT les copains (oui mais là on est à 500m c’est encore trop près, je suis ta mère quand même, ils doivent bien en avoir une de mère tes copains non ?!!!)…
Ben oui la rentrée c’est tout ça !!!
Fini le prélassement sans fin devant un bon bouquin, les journées qui s’allongent, les pas d’heure de repas, les apéros au soleil…. A nous les corvées, le turbin … La VIE ?…

Courage !!!



Et un jour…

( Divers )

Bonjour à tous ceux qui me liront…

Créer un blog, une idée qui ne m’avait pas traversé l’esprit jusqu’à il y a peu…
Quelle est l’idée du blog, de celui-ci en particulier ? Sans doute l’envie d’écrire, de partager des idées, des doutes, des réflexions…
Alors oui c’est décidé je me lance !!! On verra bien !…
Mais c’est intimidant de commencer, en route vers l’inconnu, vers l’inconnue… Car créer un blog c’est comme une première fois : on appréhende, on est excité, on a envie de réussir, de créer l’envie d’être lu… et on s’interroge (au risque d’en faire sourire certaine !) : « Serai-je à la hauteur ??? »

Dédicace spéciale en ce 26 août aux deux personnes qui m’ont poussée à me lancer…