• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Archives

Archive pour octobre 2011

DENONCIATION SUITE.

Je vais disparaître et nombre de mes collègues également. En nous refusant le master et en déconventionnant le langage oral et écrit, l’orthophonie libérale disparaît.

Voici un communiqué de presse. S’il y a parmi vous des journalistes qui ont la possibilité de dénoncer cela, merci de le faire. Oui, je vais me battre, mais NOUS avons besoin de vous.

Paris,

Le 29 octobre 2011

   Le ministère de la Santé
supprime la profession d’orthophoniste

28 octobre 2011 : Journée noire pour l’orthophonie

En refusant le grade de Master à tous les orthophonistes, le ministère provoque la mort prochaine de l’orthophonie

Le gouvernement a rendu son arbitrage : la reconnaissance de notre formation initiale à deux niveaux :

Une formation généraliste en 1ere année de Master pour des orthophonistes de base, avec un exercice professionnel plus que limité !

Une formation en Master 2, complémentaire et non obligatoire, pour un nombre limité d’ orthophonistes habilités à prendre en charge les patients victimes d’accident vasculaires cérébraux, les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson, les personnes  aphasiques, les enfants sourds , les patients atteints des troubles de déglutition, de problèmes de voix, et les personnes laryngectomisés. 

 En refusant le master pour tous, Le gouvernement ne respecte pas la méthodologie et la définition du métier validé dans le référentiel de compétences.

Tous les orthophonistes exercent  le même métier. Tous les patients doivent pouvoir trouver à proximité un orthophoniste correctement formé à l’ensemble des troubles qui relèvent de sa compétence.

L’orthophonie est UNE et INDIVISIBLE.

La Fédération Nationale des Orthophonistes :

·        refuse cette réforme de sa formation,

·        dénonce une destruction programmée de l’orthophonie,

·       exige la délivrance de l’autorisation d’exercice au  niveau du Master pour TOUS les orthophonistes.  

ELLE APPELLE LA PROFESSION TOUT ENTIERE A RESISTER ET A REAGIR POUR CONTRAINDRE  LE GOUVERNEMENT  A REVENIR SUR SA DECISION, ET A RECONNAITRE LE NIVEAU MASTER 2 COMME NIVEAU UNIQUE DE FORMATION POUR LA PROFESSION D’ORTHOPHONISTE



DENONCIATION

Voici un mail reçu ce matin concernant le fabuleux avenir de ma profession. L’orthophonie non remboursée pour les troubles du langage oral et écrit, WAAAOOOUUUUUUUUUUUUUUHHHHHHH ! Fantastique !!! Autant se dire que demain nous sommes des milliers à ne plus avoir de boulot, autant se dire que vous n’aurez plus de soignants, vous les parents, car vous ne pourrez pas assumer des prises en charge au minimum hebdomadaires et non remboursées par la sécu. Voilà ce que devient la santé en France.

Merci de vous battre avec nous pour que ce merveilleux job perdure. Merci de relayer sur vos réseaux.

« Ce vendredi 28 octobre à 15h30, une conseillère du Ministre de la Santé ainsi qu’un conseiller du Ministre de l’Enseignement supérieur ont reçu une délégation composée de la FNO, de la FOF, de la FNEO (étudiants), de l’UNADREO (Société savante), des Centres de formation, des grandes Centrales syndicales (FO, CFDT, CGT) pour lui annoncer leur décision conjointe : une orthophonie à double vitesse.

Ce que nous avons combattu durant des années, refusant une orthophonie de base et une orthophonie de spécialistes, est pourtant ce que propose le gouvernement aux orthophonistes et à leurs patients.

Concrètement, le niveau M1 sera réservé aux orthophonistes qui rééduqueront le langage oral et le langage écrit. Ces « orthophonistes » là exerceront en dehors de la Santé, ce dernier secteur étant réservé aux orthophoniste-praticiens formés en M2.

Il s’agit du pire scenario possible : un accès aux soins limités, une profession explosée, le déremboursement des actes de langage oral et langage écrit…

Quant à nous, « orthophonistes de base », qu’allons-nous devenir ? Vous imaginez-vous annonçant à vos patients aphasiques, à vos patients autistes ou Alzheimer que désormais, après 10, 15, 20 ou 30 ans d’exercice, vous n’êtes plus capables de les prendre en charge ?…

Cette décision est inacceptable. Elle ne peut rester sans réactions. Nous nous devons de réagir fortement.

Le bureau de la FNO est en cellule de crise et réfléchit aux suites à donner. Cette annonce faite à la veille d’un long week-end férié n’est pas un hasard. Mais n’attendons pas mercredi pour réagir. Activez vos réseaux : Twitter et Facebook doivent relayer les informations et être largement diffusées. »



Le tag d’Olivia…

Quand Olivia me tague… Ben je joue… comme je peux !!!

  Quel est, pour vous, votre plus gros défaut ? J’aurais tendance à dire que si je savais quel est le plus gros je m’attaquerais à lui… Mais voilà, mon coeur balance : sensibilité extrême, impulsivité, ce sont les deux qui me viennent… J’en ai un tas d’autres, bien sûr, mais plus légers peut-être !!!

  Que penseriez-vous d’une personne ayant vos traits de caractère ? Quelle chouette nana !!! Non, je ne sais pas, c’est difficile de dire objectivement ce qu’on penserait réellement de soi, c’est comme si on me demandait de sortir de mon âme et de m’observer objectivement… Je crois que certains côtés m’horripileraient (m’horripilent déjà) et d’autres me plairaient… Mais serais-je amie avec mon double ???

  Avez-vous déjà connu un amour interdit ? Pas que je me souvienne.

  Que voyez-vous dans votre avenir ? Aahh ! L’avenir ! En ce moment, je ne me projette pas… Je laisse venir... Et ce n’est pas désagréable !

  De quoi est né votre dernier fou rire ? Le vrai gros dernier fou-rire que j’ai eu est très récent, mais je ne me rappelle pas le pourquoi… Il était très bon, en tout cas…

A mon tour donc de taguer… Je choisis Françoise , Suzame , Mindthegap , Ella et Manuel !!! A vous… Je vous embrasse…



Un train peut en cacher un autre !… (rien à voir mais quand même !)

Un train peut en cacher un autre !... (rien à voir mais quand même !) dans Insolite

Et voilà, je me suis lancée à nouveau, chez Olivia cette fois… Les mots imposés étaient les suivants :

réveil – calquer – mazarin – technique – tertre – châtaigne – douceur – cloaque – indifférence – cruellement – mère – tartine  – pagode – virgule – hérisson – retour – laitue – exubérant – forêt – livre – vaporeux – immortels.

Inéluctable  :

… Elle mit de côté les techniques architecturales de réalisation de la Grande Pagode…Celle qui devait toucher au plus près les bouddhistes lyonnais… Une pagode qui serait célébrée comme pouvait l’être la Grande Mosquée de Paris… Une reconnaissance de cet Art de vivre, en somme… Elle en était fière, Elle qui l’avait imaginée, dessinée, conçue, rêvée tant et tant de nuits… Elle allait se bâtir là où elle l’avait souhaité, en haut de la Montée des Canuts… Au sommet de la Croix Rousse… Pour Elle, c’était parfait… Un hommage en quelque sorte à la grandeur d’âme de ceux qui s’étaient battus, il y avait si longtemps, pour le monde ouvrier…

… Elle se concentra sur le mazarin qu’elle était en train de terminer, et qui viendrait clore le repas rapide et simple composé de laitue, tartine de chèvre, jambon cru, tomate confite… Parfait, ce mélange doux-amer des amandes aux agrumes ! Un clin d’œil complice à ses pensées…

Rien d’exubérant, mais était-ce nécessaire ? Elle jeta un œil sur le réveil sans âge, à l’ancienne, qui lui servait de pendule et nota qu’il lui restait une bonne heure avant… avant…

En aurait-elle le courage ?

Elle décida de s’accorder une pause, monter sur le tertre en lisière de la forêt avoisinante, profiter de l’air vaporeux et humide qui masquait la douceur colorée et vive de l’automne débutant… Et puis, oui, extirper de leurs bogues quelques châtaignes qu’elle ferait griller plus tard… Ce soir sans doute, en guise de réconfort… Ne pas les confondre, surtout, avec les pics d’un hérisson caché par un tapis de feuilles, comme cela lui était arrivé, il y avait deux ans maintenant…  Calquer ses pensées nébuleuses sur le temps qui passait, lentement mais sûrement, sans trop appréhender mais en flippant quand même… Puis penser au retour, incontournable, martelé par les aiguilles inéluctables qui annonçaient le cloaque

Elle sentit la virgule dans sa vie… Cet instant précis où Elle rebroussa chemin, Elle se rappela l’appel téléphonique de sa mère, qui lui annonça cette visite… Elle sentit qu’elle était encore du bon côté de cette virgule, dans cet espace incurvé et protecteur, qui retient, qui tire en arrière… Après, ce ne serait plus jamais pareil… Elle savait que dès qu’Elle serait rentrée, Elle passerait de l’autre côté de cette virgule, là où tout est à écrire, là où Elle ne pouvait savoir ce qui l’attendait… Là où existe la peur de l’inconnu, de l’indifférence qu’Elle allait lui manifester…

Elle la vit… celle qui l’avait tant de fois ignorée, blessée, cruellement parfois… Celle qui lui faisait croire qu’elle comptait, celle qui tentait de lui conter sa propre vie comme on ouvre un livre des frères Grimm… Celle qu’Elle allait laisser s’échapper, enfin, pour ne plus souffrir… Elle lui sourit, une boule au ventre, Elle lui parla, de tout et de rien,  surtout de rien, Elle se conforta dans cette hypocrisie de parler sans discuter… Elle se haït pour ça, mais Elle savait qu’Elle n’avait pas le choix… Elle fit couler hors de sa bouche ces mots qu’Elle savait immortels, les mots qui signaient la FIN.



Décalée et y’a rien à faire…

Depuis longtemps, très longtemps, j’ai cette impression d’être décalée… Décalée par rapport aux personnes qui m’entourent… à l’exception de…

Décalée parce que jamais là où on m’attend, décalée parce que je suis celle qui ose dire et qui dérange, décalée parce que je suis née comme ça et que je me suis toujours sentie à part (et on me l’a bien fait sentir aussi)…

Décalée donc pas à ma place, pas à cette place d’humaine que je suis contrainte de vivre… Décalée parce que je ne comprends pas tout tout de suite, je n’ai pas cette vivacité d’esprit que certains ont, et en même temps j’ai cette lucidité que beaucoup refusent de voir.

Décalée donc incomprise !

Incomprise donc décalée… donc en souffrance. Ben oui, faut que je retourne voir un psy pour tenter de mettre de la distance !

Ah oui, la distance, comme c’est dur à mettre en place : ne pas être affectée au plus profond de moi, ne pas souffrir comme je peux souffrir quand on me fait une remarque, un peu acerbe ou bien ciblée… Fiche cette foutue sensibilité au placard et me mettre des oeillères, comme tant autour de moi savent faire… Ne pas reconnaître ma lucidité mais l’ignorer, la bouter hors de ma vue et de mes ressentis pour vivre libre (vivons cachés disait l’autre… pas tort celui-là, mais comment fait-on, quand on est d’une authenticité maladive ??? Dans ce monde égoïste et individualiste ?).

Si encore je savais me replier sur moi… Si encore je savais dire merde et puis basta… Ca passerait… Mais voilà, je ne sais pas faire… Je suis une handicapée de la vie, une handicapée de la société, une qui rejette tout et de plus en plus ce qui n’est pas authentique… Ben oui, je suis mal construite, mal façonnée… Il faudrait que je fasse toujours comme si de rien n’était, comme si je n’avais rien entendu, rien perçu, rien compris… Il faudrait que je sois dans le moule sociétal et ridicule, rien que d’y penser ça me donne envie de gerber (ah zut, c’est un peu cru comme langage, voyez, décalée…)…

Mais non, je ne sais pas faire… Mais je ne sais plus non plus tout accepter sans révolte ou sans le dire, je ne sais plus être celle que l’on met à part parce qu’elle dérange, et devant qui on fait bon semblant…

En ce moment, j’ai envie d’envoyer balader tous ceux qui me prennent probablement pour ce que je suis : la dérangeante, la dangereuse qui peut vous sortir vos 4 vérités parce qu’on l’aura juste un peu trop titillée, la cruche ?!!! Mais je ne le fais pas… je préserve…

Pour quoi ? Pour qui ?…

Je suis une décalée, et j’ai beau me soigner, y’a rien à faire…

sanstitre.png



Pétition

( Divers )

Pour vous tous qui croyez en ma profession et qui souhaitez nous soutenir dans notre combat pour la pérénité de notre diplôme, voici un lien pour une pétition (cliquez sur le mot en rouge).

Merci d’avance à tous ceux qui se sentiront concernés.

 

PETITION



Carton rouge !

6 octobre 2011, sauf peut-être ceux qui ont eu vent des infos sur France info ou qui ont lu certaines presses sur le net, l’événement est passé inaperçu… Après le décès de Steve Jobs, la grève spontanée de la SNCF et la grève des retraités… Après les débats du PS et quelques divers… importants mais divers, il y a eu LA GREVE DES ORTHOPHONISTES aujourd’hui !!!

Ben oui, je n’y étais pas et c’est quelque chose que je regrette, ne pas avoir pu me battre pour la pérénité de ma profession, alors que je la sais menacée et que des raisons personnelles m’ont empêchées de me déplacer à Paris…

Alors voilà, je ne pouvais pas rester silencieuse… Ma profession est en danger, comme beaucoup de professions paramédicales d’ailleurs ! On essaie d’étouffer dans l’oeuf une profession certes encore rare mais en pleine expansion, en niant le niveau d’études, en nous empêchant d’accéder à des doctorats et nous reconnaître comme des chercheurs potentiels, on souhaite créer des sous-professions non reconnues par la sécu mais formées en un an… Oui, on en est là, on est des professionnels ayant des compétences extrêmement variées, on se penche sur les fonctions cognitives, on aide, on soigne, on écoute, on combat avec les parents, les familles, on lutte avec les enfants, avec les adultes, au quotidien. Nous sommes les acteurs discrets, méconnus, des difficultés de langage oral et écrit, mais aussi des adultes ayant des atteintes neurologiques, AVC,  Alzheimer, Parkinson, et puis le bégaiement, l’autisme, la trisomie, les maladies génétiques rares… je ne vais pas tout citer parce que nous sommes au carrefour de la communication, du soin, des familles, du patient… Dans l’écoute et maîtrisant les techniques nécessaires mais spécifiques pour aider.

Nous sommes des orthophonistes… Nous sommes rares donc peu nombreux, nous ne justifions donc pas une petite mention dans le JT… Mais le jour où, Mesdames, Messieurs les médias, Mesdames, Messieurs les politiques, le jour où un orthophoniste rendra meilleure la vie d’un de vos proches, le jour où vous serez heureux de savoir qu’un d’entre nous vous accordera un peu de son temps surchargé parce qu’il aura compris l’urgence, ce jour-là, peut-être, vous regretterez de ne pas nous avoir entendu, aujourd’hui ! Serons-nous encore présents ???

Pour tous ceux qui se sentent concernés, ou qui veulent découvrir, je vous mets ce lien : http://www.orthophonistes.fr

 caducee.png



Drôle !!!

Envoyé par une amie ce soir… Que je remercie chaleureusement pour son humour !!!

lessive.jpg



Balayer…

Je balaie la souffrance et son inutilité, je décide de ne plus me tourmenter avec ça, d’accepter ce que je refusais depuis un moment, finalement « elle » m’a ouvert les yeux une dernière fois. Je décide d’arrêter mes insomnies épuisantes nuit après nuit, à analyser chacune des paroles échangées (ou reçues), je décide d’arrêter de pleurer et de me tourner vers ma réalité… Je décide qu’un jour prochain je vais lui signifier tout ça…

Je vais regretter pourtant un tas de choses, les discussions, les huîtres et le champagne, sa clairvoyance… Mais j’ai besoin de me protéger, de ne pas être atteinte sans y être préparée… Car la distance, je ne sais pas la mettre, car le mal est bien présent,  tellement lacérant qu’il est insupportable… Mais là, j’ai grandi, mûri, subi, appris… Alors je n’accepte plus tout comme avant…

Alors je balaie la souffrance et son inutilité… Plus envie de souffrir !